sarko_chienlit

         

Chienlit
1. Masque de carnaval
2. Fig. Mascarade, déguisement grotesque. Désordre. =>  pagaille.
"Je suis heureux de mourir plutôt que de voir la chienlit en France" (Drieu la Rochelle)
"La réforme, oui ; la chienlit, non" (attribué au Général de Gaulle, mai 68)

(Le Petit Robert)

  
   
Presse écrite, radios, télés, web : les commentaires fusent jour après jour, dans un concert tendant à l'unisson, pour déplorer la façon dont le pays se trouve actuellement gouverné.
   
On peut prendre la mesure de cet étonnant phénomène en constatant que même le digne Jean-Michel Apathie donne de la voix :

« De tout cela, il ressort une impression d'amateurisme et de désordre qui ne rehausse pas le crédit des responsables politiques. Il est difficilement concevable qu'une démocratie moderne soit ainsi gouvernée. »

Diantre !

Florilège de déclarations de ces derniers jours :

  • « Je me demande sincèrement, depuis quelques jours, si le gouvernement Sarkillon (habile contraction, je l'avoue, de Sarkozy et de Fillon) n'est pas l'équipe la plus faible depuis des lustres. Je n'ai pas souvenir pour ma part, et depuis bien longtemps [...], d'une cacophonie gouvernementale aussi aboutie, d'un tel assortiment de "tocards" même, pour parler le Panafieu... » (Guy Birenbaum)
  • « Tous les jours, ou presque, sortent des annonces mal préparées – sur le non-remboursement des lunettes, sur la carte famille nombreuse, sur les allocations familiales, qui rendent le gouvernement impopulaire et pourtant sont en général démenties ou retirées, comme au bon vieux temps de Jacques Chirac. » (Pierre Moscovici)
  • « Fidèle à lui-même, Nicolas Sarkozy reste le président de la parole, pas celui des actes [...]. Mercredi, en Conseil des ministres, le chef de l'Etat avait affirmé, selon l'un des participants, qu'il n'y aurait "pas de nouvel exemple" de couac "sans sanction" et que "celui ou celle qui manque à la solidarité gouvernementale devra sortir" [...] Application immédiate : Luc Chatel (porte-parole) dément l'information du Monde sur la diminution des allocations familiales. Nadine Morano (Famille) dit que Luc Chatel n'a rien compris et François Fillon dément Luc Chatel. Luc Chatel viré ? Non. Nadine Morano virée? Non. François Fillon viré? Encore moins! En tout cas, pas tout de suite! » (Jean-Louis Bianco)
  • « Le cafouillage est permanent, les reculs et les démentis succèdent aux annonces à grand spectacle. Ce gouvernement ignore où il va, mais il y entraîne la France. Vraiment, cette équipe n'est pas professionnelle. » (Bertrand Delanoë)
  • « Sur l’origine du couac, impossible pourtant de ne pas s’interroger sur le rôle d’un élément déclencheur nommé Sarkozy. » (Daniel Schneidermann)

  

Question : Nicolas Sarkozy a-t-il les capacités requises pour diriger ce pays ?

 

« Finalement, gouverner est plus facile que je ne le pensais. »

(Nicolas Sarkozy, 12/04/2008)

 

24631869

 

 ***

Il faudra un jour étudier le mécanisme de l'invraisemblable partialité des médias dans le "traitement" de l'info, durant la campagne présidentielle (et quelques mois au-delà), au profit de N. Sarkozy. Le récent et soudain retournement de veste des médias, revenus à un peu plus d'impartialité au sujet de l'actuel Président (dont la cote de popularité est en chute libre depuis quelques mois), ressemble un peu trop à une crainte de se faire "lyncher" avec le principal coupable.

 

  • « Un jour ou l’autre, tout de même, il faudra bien qu’ils s’expliquent. Tous les confrères journalistes qui, avant l’élection, côtoyaient quotidiennement Sarkozy; tous ceux qui le retrouvaient au petit matin dans les salles d’embarquement, faisaient cercle autour de lui dans les avions privés, recueillaient ses humeurs et ses confidences ; tous ceux qui essuyaient ses colères, ses caprices et ses plaisanteries ; tous ceux-là, vraiment, n’avaient-ils rien vu ? Rien vu du stupéfiant narcissisme qui éclate aujourd’hui en pleine lumière et qui le rend manifestement inapte à s’intéresser à autre chose qu’à lui-même ? Rien vu de l’amateurisme tant reproché à Royal au cours de la campagne, bourde après bourde, et qui, chez le tenant du titre, suscite aujourd’hui un accablement incrédule ? »

(Daniel Schneidermann)

 

  • « Des bourdes de cette nature (et de cette gravité), Sarkozy en avait commises lui-même (leur répertoire exhaustif montrait qu'elles surpassaient très nettement la production ségolénienne) : peu importait à l'info couchée qui a sévi durant des mois dans ce pays et qui s'acharnait sur Ségolène Royal, de façon absolument hallucinante (y compris en relayant de pures intox, créées de toutes pièces par les "snipers UMP", comme avec l'affaire du mot créole). »

(contributeur anonyme)

 

***

A lire aussi :

Les réformes de Sarkozy fichent la trouille même à la droite (Bakchich)

Sarkozy, le gâcheur (Rue89)

Nouvelle cacophonie gouvernementale sur les allocations familiales (Libération)

Baisse des allocations familiales : Morano se moque du monde (Plume de presse)

Et si le gouvernement Sarkillon était le pire depuis des lustres ? (Guy Birenbaum - LePost)

Le best of des couacs du gouvernement (LePost)