Un article du Matin (Suisse) attire notre attention sur une enquête de la Télévision Suisse Romande (TSR) : "Sarkozy vampire des médias".

Copie intégrale de l'article (Le Matin ne les laisse pas indéfiniment en ligne) :

    

Sarkozy, roi de son image (Le Matin, 03/06/2009)

Les médias français sont de plus en plus sous le joug de leur président. «Temps présent» diffuse ce soir un ensemble de témoignages accablants



sarko_12

Nicolas Sarkozy a toujours soigneusement mis en scène ses apparitions en public, notamment lors de sa visite d’un ranch le 20 avril 2007, alors qu’il était candidat à la présidentielle.



Muriel Jarp - le 03 juin 2009, 22h38
Le Matin

« Nous sommes incapables de faire autre chose que le parcours qui nous est indiqué», déplorait un journaliste de L'Humanité en avril dernier, alors qu'il couvrait une conférence de Nicolas Sarkozy. Et de poursuivre : « Jacques Chirac à l'ONU juste après le 11 septembre, c'était dix fois plus cool et light qu'aujourd'hui. »

Les mots et gestes de la presse sont strictement contrôlés dans l'Hexagone.
Et malmenés. Le président français n'hésite pas à distiller sarcasmes et autres railleries afin de déstabiliser ses interlocuteurs. Patrice Machuret, journaliste de France 3, qui a eu l'outrecuidance de publier L'enfant terrible, a tout bonnement été qualifié de «crétin » et de « honte de la profession » par Sarkozy.

Intimidations, réponses qui ne riment à rien, quand ce n'est pas tout simplement interdit de poser des questions, les frustrations des journalistes français sont devenues légion. Ce soir, «Temps présent» diffuse une enquête qui risque de faire du bruit : Sarkozy, vampire des médias. Où l'on découvre que tous les moyens sont bons pour que le président soigne son image. Quitte à sortir l'artillerie lourde : journalistes convoqués par la police, plaintes à leur encontre et procès se succèdent. Et si des têtes doivent rouler pour assurer le calme des troupes, eh bien bon vent ! D'un claquement de doigts, des patrons de presse sont démis de leurs fonctions.

Sans parler de la nouvelle loi sur l'audiovisuel, qui donne les pleins pouvoirs à l'Elysée pour nommer la direction des radios et télévisions publiques.

Reporters sans frontières s'inquiète de la situation de la liberté de la presse en France, qui ne cesse de se dégrader depuis l'accession au pouvoir de Sarkozy. On s'en convainc aisément en écoutant les journalistes interviewés par «Temps présent». David Pujadas (France 2), Alain Genestar (directeur viré de Paris Match), Audrey Pulvar (France 3) parlent de leur expérience. Des témoignages « assez difficiles à recueillir dans un premier temps », explique Alexandre Bochatay, journaliste de «Temps présent» : « On sentait une certaine crainte. »

Sans compter les refus ou demandes restées sans réponse. Impossible d'avoir les avis de Patrick Poivre d'Arvor ou de Laurence Ferrari. Sans parler du principal intéressé, dont l'agenda était trop chargé...

Trois fois plus
Comme le conclut le reportage - qui aurait certainement été impossible à réaliser par des Français -, le président est un homme de télé. Ce n'est pas dans les livres qu'il a grandi, mais en regardant les séries TV. Résultat : une image hypercontrôlée et maîtrisée. Et une présence... trois fois plus importante dans les médias que ses deux prédécesseurs. Un reportage à regarder sur très grand écran !

«Temps présent», ce soir à 20 h 05, TSR1

 

***
   

L'enquête "Sarkozy vampire des médias" est ainsi présentée sur le site de TSR (Télévision Suisse Romande) :

tsr« Que se passe-t-il dans les médias de l'Hexagone ? L'humoriste Stéphane Guillon, qui sévit sur France Inter, est dans le collimateur de l'Elysée. Des journalistes sont convoqués par la police et des patrons de presse démis de leur fonctions, par la seule grâce présidentielle. Alors que des voix s'élèvent pour dénoncer une mainmise tentaculaire de Nicolas Sarkozy sur les médias, "Temps Présent" dissèque les relations dangereuses existant entre le pouvoir français et l'information. »

« Nicolas Sarkozy est trois fois plus présent sur les plateaux de télévision que ne l'étaient ses prédécesseurs Jacques Chirac ou François Mitterrand. Dès son accession au pouvoir, le budget de communication de l'Elysée a été multiplié par trois. Aujourd'hui, les journalistes sont aux abois. Ils se plaignent de ne pas pouvoir travailler librement, sans craindre que les foudres présidentielles ne s'abattent sur eux, notamment grâce aux relations amicales qu'entretient le président de la République avec les patrons de presse. Un récent rapport publié par Reporter sans frontières international situe la France au rang peu enviable du pays européen qui détient le record d'interventions policières ou judiciaires contre des journalistes. Dans ce contexte médiatique explosif où la censure ne porte pas son nom, c'est l'autocensure qui s'installe insidieusement dans certaines rédactions. Une menace sur la liberté de la presse qui, pour certains met en danger la démocratie. Une équipe de "Temps Présent" est allée enquêter en France pour voir si les journalistes parviennent encore à travailler en totale liberté. »


Durant la campagne présidentielle 2007, la presse étrangère avait déjà traité ce même sujet que n'osent aborder frontalement les médias français (il faut se pincer des fois) - et pour cause. On peut citer :

"Le petit Nicolas et ses grands amis" (Le Journal du mardi - Belgique)

"Mainmise sur la presse tricolore" (Le Matin - Suisse)

"France : l'année du caniveau" (Le Courrier - Suisse)

   

***

 

Mise à jour 10/06/2009

  

Sarkozy vampire des médias est maintenant accessible en ligne :

 


Sarkozy, vampire des medias (partie 1) par Nzwamba

 


Sarkozy, vampire des medias (partie 2) par Nzwamba

 

******

Sur le même sujet :

Torreton dénonce «l'intimidation violente» de l'UMP à l'égard des journalistes de TF1 (février 2007)
Sarkozy en bourreau de la liberté de la presse (mars 2007)
Graves pressions sur le débat Royal-Bayrou (avril 2007)
G8 : la presse couchée au secours de Nicolas Sarkozy (juin 2007)
Ségolène Royal fustige le manque d'indépendance des médias (décembre 2007) 
Vincent Peillon fustige une "servitude volontaire" des médias (avril 2008)
Un communiqué UMP dans "Le Monde" (juin 2008)