proust

Marcel Proust en 1900

   

Au détour d'un entretien de propagande diffusé sur TF1 le 13 décembre dans le magazine "7 à 8" présenté par Harry Roselmack, Mme Carla Bruni-Sarkozy (alias "CBS" alias madame Monmari), régulièrement mise en avant, selon la fameuse tactique du rideau de fumée, lorsque la popularité de son mari avoisine les profondeurs, CBS a eu ces gracieuses paroles :

« Je pense que les personnes dont on parle ne se voient pas comme celles qui en parlent. C'est une position tout à fait différente. C’est très joliment expliqué par Proust dans A la recherche du temps perdu, il explique que le mendiant ne souffre pas d’être mendiant ; que c’est le passant qui souffre pour le mendiant ; mais que le mendiant étant mendiant, lui, il est de plain-pied avec sa misère. C’est la même chose pour la célébrité, quand on est dedans, à ce niveau là, on n’en a plus du tout conscience. »

SourcesCélestissimaVeilleur de jour@rrêt sur imagesAlainsurlepost

   

Avec le son et l'image, c'est à partir de 10'42 : 

  

Au-delà du caractère déplacé du propos dans la bouche d'une personne fortunée (qui plus est à l'approche des grands froids !), première réflexion : quand on a lu Proust, on a une certaine délicatesse et discrétion de ne pas le crier sur les toits (avoir lu Proust c'est "the truc" donnant le brevet de personne cultivée : si on l'a lu on ne met pas cela en avant, par simple modestie).

Bien sûr tout dépend où l'on se trouve : lors d'une réunion de la Société des Amis de Marcel Proust il sera possible de se lâcher un peu. Bruni s'adressant au bon peuple sur TF1 c'est une autre configuration... Sous-entendus de CBS : « je suis dans l'élite des gens cultivés », « chez tous ces gens qui critiquent monmari, combien ont lu Proust (ce sont donc des rustres) », etc. Il est vrai que la mission de CBS est de rectifier l'image de butor inculte de son mari.

 

Plus grave : une recherche textuelle initiée sur le forum d'@rrêt sur images par quelques abonnés n'a pour l'instant pas permis de retrouver le passage de Proust incriminé. Le mot "mendiant" ne figure que 3 fois dans la Recherche (dont une fois au pluriel), ceci sans rapport avec ce que raconte CBS. Le mot "clochard" est absent de la Recherche. Le mot "pauvre" ne donne rien. Les mots "nécessiteux", "misérable" et autres "aumône" ont aussi été testés, sans résultat.

 

Bizarre non ?  proust_2_100

   

Pour ceux qui voudraient continuer l'enquête, l'intégrale de A la recherche du temps perdu est téléchargeable en fichiers pdf. Mais il est plus pratique de chercher directement sur l'ensemble du bouquin via google.

   

Hypothèses :

Peut-être CBS suit-elle (sans s’en rendre compte ?) l’exemple de son mari : raconter n’importe quoi impunément ?

  • « Nicolas a cassé le mur de Berlin le 9 novembre 1989, alors Carla a trés bien pu le lire dans Proust. » (Stanley MILGRAM™)

Ou peut-être, tout simplement, ce que CBS raconte sur Proust, l’a-t-elle entendu au cours de quelque dîner ?

 

proust_2_100

 

« Chaque fois qu'on nous parle de Carla Bruni, soulignons l'objectif et la manip ! » (Pescaloun)

 

***

 

Mise à jour 20/12/2009

 

Sartre2a

    
Le "concept de Proust (?)" raconté par Carla Bruni fait penser à l'exemple célèbre du garçon de café dans L'Être et le Néant de Jean-Paul Sartre : "garçon de café", "boulangère", ce sont quelque part des "rôles", des "projections", des "constructions mentales" de la part du client ou du passant. Le garçon de café ne "s'identifie" pas forcément à son "rôle" de garçon de café.

D'après Bruni, même chose pour le "mendiant" : il souffre - voire meurt - du froid, de malnutrition etc. (Carla préfère l'expression plus délicate « il est de plein pied avec sa misère »), mais ne souffre pas spécifiquement de son "rôle" de mendiant ("construction mentale" que projette sur lui le passant).

Il semble que ce dernier point puisse se discuter... N'est-ce pas premièrement pour échapper à la "conscience d'être mendiants", rappelée à eux le cas échéant par le regard des passants, que beaucoup de mendiants picolent ?
(pour s'efforcer de rester dans l'idée de Sartre certains pourraient dire - Carla peut-être pourrait dire - que les mendiants picolent pour "adhérer" plus fidèlement au "rôle du mendiant", auquel s'attendent les passants)

"L'idée de Proust" avancée par Bruni, en fait peut-être grossièrement détournée de Sartre, pourrait s'avérer une abominable imposture : qui plus est dans la bouche de la riche épouse du président "monarque" ennemi de la République, au cours d'un entretien de propagande destiné à détourner l'attention du peuple de plus en plus scandalisé par le butor inculte et irascible ayant réussi, par manipulations, impostures et discours mensongers, à se hisser jusqu'au pouvoir suprême.


Sartre2a


Enfin peut-être celle qui, lorsqu'elle organise une réception dans son hôtel particulier, protège parquets et tapis en faisant poser une moquette qui sera jetée le lendemain (source Le Canard Enchaîné), a-t-elle par le même genre de trajectoire radicale, confondu Proust et Sartre ? Dans un panégyrique du Figaro tout à la gloire de CBS consacré, il était précisé qu'elle avait lu, entre autres auteurs français (dont Hugo Proust etc.), Sartre.

(article d'ailleurs sorti il y 2 ans, au moment précis où la liaison de CBS avec son futur mari fut rendue publique : on voit que la mise en avant de la culture littéraire française de CBS (car si elle est cultivée et de plus italienne elle a du lire autre chose que des auteurs français), a dès le début fait partie de son plan de com - ou de celui de son mari, c'est apparemment une entreprise bilatérale)

  • « C'est du marketing : deux marques qui s'associent pour vendre plus. » (bbbb)

   
Il reste que confondre Proust avec Sartre serait quand même en soi un petit peu grave (impossible à vrai dire pour quelqu'un de vraiment cultivé) ; de plus citer Proust est davantage pédant que citer Sartre (en perte de vitesse depuis les années 70).
   

proust_2_100

 

En 1789, "la boulangère" (Marie-Antoinette), "l'autrichienne", était haïe du peuple, mais Louis XVI restait une figure paternelle et la France était encore royaliste.

En 2009 CBS conserve un semblant de popularité (si l'on en croit un sondage cité bien à propos par l'interviewer au cours de l'entretien de propagande diffusé par TF1) : c'est son mari qui se trouve presque unanimement honni.

Le résultat ne variera pas : les deux experts en "communication" ou plus exactement en bobards, à la porte !   
   

Sartre2a

 

Mise à jour

   
Le texte de Sartre sur le garçon de café est disponible ici.

Pas de notion de "souffrance" à proprement parler chez Sartre : il est plutôt question de mauvaise foi, de sincérité, de vérité dans l'existence, d'adéquation à l'être, ou comme on veut dire.

La bouillie de Carla reste pour l'instant d'origine non identifiée.
   

 

proust_2_100
   

 

***

 

Mise à jour 01/01/2010

 

mars_2008_Angleterre_Guardian2

 

En visionnant attentivement l'interview, on se rend compte que la sortie de Bruni sur "le mendiant chez Proust", à partir de 10'30, est préméditée : elle sert de prétexte pour amener le "journaliste" à l'interroger sur cet autre conte de noël préparé à l'avance : le "vrai mendiant" qu'elle connait depuis 10 ans, qui crèche près de chez elle et qui lui aurait enseigné « le libre arbitre »...

Bref celle qui, même aux côtés du Dalaï Lama, a encore le réflexe de faire des mines aux photographes, aura :
- cité Proust pour faire l'intéressante
- l'aura cité faussement
- l'aura finalement ravalé au rang de simple outil de transition pour faire ensuite encore plus l'intéressante.

Lorsque l'on scrute tous ces détails (d'ailleurs citer faussement Proust devant 6 millions de téléspectateurs n'est peut-être pas un détail), c'est l'ensemble de l'entretien qui apparaît cousu de fil blanc.

   

« Si le reste de ses propos sur TF1 entretient le même genre de rapport avec la réalité, ce qui est tout à fait vraisemblable (on pense à ses propos du genre "monmari est extraordinaire", "je suis contente pour les français qu'ils aient monmari" etc.), il sera démontré que cette interview d'un 1/4 d'heure diffusée sur TF1, à un moment de très grande écoute juste avant le JT de 20H, était de fait un tissu d'outrageuse propagande. »
(contributeur anonyme)

« Il semble bien que ce soit une supercherie, qui révèle la stratégie marketing à l’œuvre autour de la première dame »
(marianneboulch)

« Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'opinion. »
(Paul Valéry)

 

       

proust_2_100

 

 

***

 

Mise à jour 01/01/2010

 

Trouvé grâce à une citation lue par hasard sur le net, voici apparemment le passage de Proust correspondant à l'idée lancée par Bruni (passage qui semble préfigurer le "garçon de café" de Sartre), c'est dans les toutes premières pages de la Recherche :

« Mais même au point de vue des plus insignifiantes choses de la vie, nous ne sommes pas un tout matériellement constitué, identique pour tout le monde et dont chacun n’a qu’à aller prendre connaissance comme d’un cahier des charges ou d’un testament ; notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres. Même l’acte si simple que nous appelons « voir une personne que nous connaissons » est en partie un acte intellectuel. Nous remplissons l’apparence physique de l’être que nous voyons, de toutes les notions que nous avons sur lui et dans l’aspect total que nous nous représentons, ces notions ont certainement la plus grande part. »

(Marcel Proust, Du côté de chez Swann, p. 18-19 Folio)

   

On le voit, nulle trace de mendiant (pas plus que chez Sartre). Ceci était pure invention de la part de Bruni.

Pourquoi avoir ainsi convoqué le "mendiant", là où il n'avait rien à faire ?

proust_2_100

On l'a vu : pour servir d'introduction à son conte de noël du "mendiant à côté de chez moi" qu'elle voulait "loger à l'hôtel mais il a refusé" et qui lui aurait appris « le libre-arbitre » (toujours cette visée, objectif premier des communicants travaillant pour l'Elysée (c'est à dire pour le clan Sarkozy - par exemple Jean Sarkozy lors du scandale de l'EPAD) : intéresser et amadouer le peuple si "remonté" contre son mari).

Mais encore ?

Peut-être CBS pensait-elle vraiment ce qu'elle racontait, à propos du "mendiant chez Proust" (et sa soi-disant non-souffrance en tant que « personnalité sociale ») ? Finalement, peut-être a-t-elle eu elle-même l'initiative d'appliquer au "mendiant" la théorie énoncée par Proust ? Idée douce pour une personne richissime, et propre à apaiser sa conscience quant à des inégalités par trop flagrantes... Mais enfin idée abusive et déplacée (surtout en clamant "comme l'expliquait Proust"!).

proust_2_100

En définitive, Carla Bruni ne serait pas premièrement un être froid et calculateur, mais plutôt une fille un peu en dehors de la réalité, préférant "enjoliver" celle-ci, se "cherchant" un peu, aimant à se raconter des histoires.

Nous ne pouvons que l'encourager à réfréner ce penchant affabulateur lorsqu'elle s'adresse au pays : une inconséquence, un petit mensonge, qui pourront être charmants dans un cadre privé, seront qualifiés de grave foutage de gueule lorsque 6 millions de citoyens écoutent et regardent (en particulier lorsque l'objectif - non avoué - est de détourner l'attention des foules du scandale sans cesse grandissant en ce pays : un Nicolas Sarkozy gouvernant au service de clans, le sien personnel, et celui réactionnaire des forces d'argent lui ayant permis d'accéder au pouvoir - le tout rendu possible grâce à une tactique de l'enfumage, véritable stratégie de conquête du pouvoir puis de sa conservation).

Dans l'expression "faire prendre des vessies pour des lanternes", on trouve le mot lanterne.

 

   

« je pense que Carla n’est pas seulement une potiche, elle joue un rôle précis dans la stratégie sarkozienne et elle le joue très volontiers »
(Celeste)

« Notre Dama a accès aux médias serviles facilement, en plus elle est dans le gotha musicalo-médiatique parisien avec amitiés politiques diverses. C'est une arme de guerre dans les mains du nain. »
(dagrouik)

« Chaque fois qu'on nous parle de Carla Bruni, soulignons l'objectif et la manip ! »
(Pescaloun)

 

proust_2_100

 

 

 

Mise à jour septembre 2010

 

Dans le livre Carla, une vie secrète de Besma Lahouri, Pierre Charon, conseiller de Nicolas Sarkozy, confie :

« Nous avons essayé de la transformer en une artiste érudit, timide et discrète. Imaginez-vous combien cela est difficile tant c'est le contraire ! »

(source BRP)

 

proust_2_100

 

******

Sur le même sujet :

Carlita Porte à droite (Didier Porte - France Inter) - vidéo

Les énormes foutaises de la communication Carla Bruni (Alainsurlepost - LePost)

En attendant la révolution (Collectif Les mots sont importants)

Carlita Rockefeller (Le Canard enchaîné 31/03/2010)

Bertignac : "Carla Bruni aimerait être la femme la plus connue au monde" (LePost)

Anne ROUMANOFF - SARKOZY CARLA (On ne nous dit pas tout!) - vidéo

Non! Carla Bruni n'a aucune influence sur Nicolas Sarkozy! Puisqu'on vous le dit! (Guy Birenbaum - Le Post)

Carla Bruni sur TF1, première nunuche de France (Salam93 - LePost) - vidéo

De Carla S. et du pouvoir (Célestissima, le regard de Céleste)

« La voie de Carla » Bruni-Sarkozy : escarpée sur escarpins (Olivier Bonnet Plume de presse)

Carla Bruni au cœur du remaniement gouvernemental (RichardTrois - LePost) - vidéo

 

Liens vers ce billet :
Now, cultures !
Anniceris