Le résultat ne se fait pas attendre :

 

6967831_n

Manifestation devant l'Ambassade de France à Tunis, samedi 19 février 2011
(source)

    

      

Deux jours plus tôt, le tout nouvel ambassadeur, ancien conseiller diplomatique de N. Sarkozy dont il est "réputé très proche" et qui "s'assume lui-même sans complexe comme «produit Sarko»" (Mediapart), Boris Boillon, s'était montré irascible et impulsif (à l'exemple donc de son mentor) lors d'une rencontre avec quelques journalistes tunisiens.

Une vidéo de l'entretien, dans laquelle effectivement Boris Boillon "rappelle bien le style du président de la République" (Rue89), fit aussitôt le "tour de la toile" en Tunisie, provoquant de multiples commentaires indignés, sans doute bien résumés par celui-ci :

  • « Votre attitude pleine de mépris et d'arrogance, [qui] vous donne l'outrecuidance de parler ainsi à une journaliste tunisienne qui exprimait la question principale qui occupe le peuple tunisien quant à l'avenir de ses relations avec la France, a choqué plus d'une personne. » (source)

 

 

Tout s'organisa rapidement via Facebook : un groupe Boris Boillon Dégage, un appel à manifestation, en passant par une belle Lettre ouverte à l'ambassadeur.

Résultat : cette manifestation aujourd'hui devant l'Ambassade de France à Tunis, réunissant "un millier de tunisiens" (1), et où "des slogans antisarkozystes dominaient le cortège de manifestants" (LeParisien.fr).

(1) Mise à jour 21/02/2011. Les estimations du nombre de manifestants sont passées au fil de la journée de samedi, de "centaines" (AFP en début d'après-midi) à "plusieurs milliers" (Reuters, TF1 et France 2 dans les JT du soir, JDD.fr, LePoint.fr). Explication :  l'appel à manifester devant l'ambassade précisait "entre 12H et 14H", or les manifestants se sont en fait "relayés toute la journée", "à 17 heures ils étaient environ 300 à scander « dégage »" (Rue89). TunisieSoir.com précise que les manifestants "ont été rejoints par d'autres manifestants qui étaient rassemblés auparavant devant le Théâtre municipal de Tunis pour demander la chute du gouvernement de transition et une assemblée constituante." Les "plusieurs milliers" sont donc une estimation de l'ensemble des manifestants étant venu protester devant l'ambassade, au fil de la journée.

    

Le matin de l'entretien de Boris Boillon avec les journalistes tunisiens, on pouvait lire, à propos de sa nomination comme ambassadeur en Tunisie, cette confidence d'un haut fonctionnaire français (apparemment du Quai d'Orsay) :

  • « le plus contestable c’est surtout une façon pour Sarkozy de dire : je mets un mec à moi ! [...] On nous met un représentant de Sarkozy, c’est une autre forme d’hypercentralisation du pouvoir. C’est une dérive du fonctionnement de l’Etat. Plus qu’un représentant de la France, c’est un représentant de Sarkozy. Et même s’il n’est pas que cela, il est vu comme ça, ce qui pose un problème » (Marianne2.fr)

    
   

Boillon_2

Nicolas Sarkozy et Boris Boillon

    
   

Mise à jour

 

En France, à l'heure où "la diplomatie française ne sait plus où elle va, n'a plus de cap, plus d'ambitions - sauf de maintenir un Président à l'Elysée" (Vincent Jauvert), et à l'exemple de N. Sarkozy lui-même qui depuis un bout de temps déjà "nous fait découvrir la honte d'être français" comme l'a si bien dit Emmanuel Todd, le tout nouveau et très sarkozyen ambassadeur de France à Tunis suscite maints commentaires consternés.

Court florilège, assez représentatif des centaines de commentaires postés en marge des articles publiés sur les médias français en ligne :

  • « sous Notre Sarko National la diplomatie est reléguée au rang d'art mineur au même titre que la poterie en pâte à sel ou les colliers de nouilles. » (Franz Cimballi 10/02/11 10h52)
  • « Cet Ambassadeur n'y est pour rien, QUI l'a nommé ? QUI sabote notre image à l'extérieur de façon aussi bassement vulgaire ? » (Olivier MONOD 18/02/2011 21:42)
  • « Le fond du problème pour nous Français c'est l'incompétence désormais avérée et indécrottable de Sarkozy. [...] il [ne] l'est pas seulement pour les choix économiques, sociaux et politiques dont la France a besoin, mais aussi quand il gère des choix comme celui de l'ambassadeur en Tunisie où c'est gros comme le nez au milieu de la figure que la personnalité de ce type-là ne correspond pas à la mission désormais nécessaire en Tunisie pour la France. [...] à la fin de son mandat présent le délabrement de la France dans ses murs et à l'étranger va être immense, car nous ne voyons de temps à autre qu'une infime partie des dégâts qu'il occasionne par ce genre de décisions imbéciles, peut-être quotidiennement. » (tartempion 18/02/2011 22:48)

   

***

 

Mise à jour 20/02/2011

 

Les exploits de l'émissaire sarkozien Boris Boillon, relatés hier soir dans les JT de TF1 et France 2 :

 

 

 

 


   

« Oui, je suis un Sarko boy. Quand on a vécu quatre ans de sa vie complètement rythmée par un homme comme ça [N. Sarkozy], on est forcément influencé par son style, sa manière d’agir et de penser »

(Boris Boillon, cité par LeParisien.fr)
      

 

Mise à jour 

 

Les meilleurs et les plus acerbes commentateurs n'ont aujourd'hui pas manqué de s'emparer de l'affaire.

 


Boillon, un « bébé Sarko » (Le blog de Thierry Desjardins)

"C’est la première fois dans l’histoire de la diplomatie française que des manifestations populaires ont lieu pour réclamer le départ d’un ambassadeur de France."

"Il est ce qu’on pourrait appeler un « bébé Sarko ». Il se croit donc tout permis, joue les casseurs, aime faire de la provocation, méprise la terre entière, se ridiculise et se fait immédiatement détester."

"Certains font déjà le bilan économique et social du quinquennat. Le bilan diplomatique ne sera guère meilleur."

   

Boris Boillon sarkozyste et ambassadeur de France : "Du rififi à Tunis pour OSS-triple zéro ?" (Bruno Roger-Petit, LePost.fr)

"Ce pur produit du sarkozysme au pouvoir est à ce point improbable, que l'on finit par se demander si ce personnage, qui a achevé de ruiner définitivement ce qui restait de prestige français en Tunisie, n'est pas un agent infiltré par le SPECTRE ou le TRUSH dans le dessein de nuire à l'occident (pour les non-initiés, se reporter à James Bond et au tandem Napoléon Solo-Illya Kuryakin)."

 

******

A lire aussi :

La nomination du nouvel ambassadeur de France en Tunisie est choquante (Charles Crettien - LeMonde.fr)

Lettre ouverte à Monsieur Boris Boillon, Ambassadeur de France en Tunisie (Salah HORCHANI - Le Grand Soir)

Tunisie, Egypte : quand un vent d'est balaie l'arrogance de l'Occident (Alain Badiou - Le Monde)

      

      
Billet également publié sur Agoravox et LePost.fr