fantomas 2 H150

Fantômas (André Hunebelle, 1964)

  

Un compte nommé @Linformatrice est apparu il y a deux semaines sur le "réseau social" twitter. Se prétendant « journaliste politique curieuse qui essaye de faire son travail honnêtement, mais contrainte de garder l'anonymat », "@Linformatrice" diffuse régulièrement des petits messages ("tweets"), qui frappent surtout par leur fadeur, leur inconsistance. Jusque là pas de quoi fouetter un chat. On peut toutefois s'étonner qu'un nombre non négligeable d'usagers se soient laissés prendre au "piège" (mais après tout, les phénomènes d'ahurissement généralisé ne sont pas rares en ce pays : pour preuve, l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007).

Les choses se corsent légèrement depuis hier : "@Linformatrice" vient d'ouvrir un blog (1), et le premier billet de ce blog se trouve être une sorte de profession de foi à la gloire du journalisme libéré (ce texte pourrait être signé par l'observatoire des médias Acrimed - version enfants).

(1) La présentation de "@Linformatrice" par "elle"-même sur ce blog est encore plus grotesque que sur son compte twitter. Grisé/e sans doute par son nombre de suiveurs sur twitter, "celle" qui figurerait honorablement au concours des tweets les plus "bisounours" ose : « Je suis un personnage qui intrigue, fascine, irrite. Je pratique un journalisme atypique, impertinent, décalé. »

La profession de foi ouvrant ce nouveau blog est manifestement destinée à ferrer les gogos ayant pris au sérieux les médiocres tweets signés "@Linformatrice" (encore qu'il y affleure parfois un genre d'esprit, mais pour ce qui est du contenu "informatif" c'est du niveau zéro).

 

fantomas 2 H80

 

Une manipulation est évidemment à l’œuvre. Le seul fait de se centrer sur "soi-même" (titre du premier billet de blog : « Qui suis-je ? ») montre que celle/celui/ceux se cachant derrière "@Linformatrice" n'ont pas pour objectif de noblement révéler au monde des vérités trop souvent dissimulées, mais plutôt de se donner de l'importance.

Dans quel but ? On aperçoit trois hypothèses.

1. Des élections sont en vue (celles des primaires PS pour commencer). Petit à petit "@Linformatrice", tout en se faisant passer pour un "chevalier blanc" du journalisme, diffusera insidieusement de la propagande au service d'un camp en lice pour 2012.

2. Une "étude" du média et phénomène twitter. Hypothèse beaucoup moins probable (tous les tweets de "@Linformatrice" traitent de politique, d'autre part ce compte apparaît juste avant la rentrée de septembre marquant le top départ de la campagne 2012).

3. Une personne à la retraite ou sans emploi, et s'ennuyant : elle aurait imaginé ce petit jeu pour s'occuper et faire le/la malin(e). Mais quelque chose ne colle pas. On sent derrière "@Linformatrice" quelque chose de planifié, d'organisé. L'apparition du blog vient confirmer cette impression.

  

fantomas 2 H80

   

Le premier tweet de "@Linformatrice" était favorable à Ségolène Royal (un soi-disant « sondage IFOP donnant SR gagnante aux primaires » du PS, ceci contre toute évidence). Mais "@Linformatrice", qui d'ailleurs avance masqué/e, est trop calculateur/trice pour afficher ainsi sa préférence : ce 1er tweet était un leurre (comme d'autres suivants étonnamment favorables à Madame Royal). Les ségolénistes sont innocents de la manipulation en cours (ils le clament d'ailleurs eux-mêmes).

Par ailleurs on remarque depuis quelque temps que Ségolène Royal est traitée favorablement par certains médias UMP (madame Royal est sans doute l'opposante rêvée pour Nicolas Sarkozy du fait de l'impopularité chronique dont elle n'arrive pas à se départir, impopularité égalant presque celle accablant l'actuel président de la République : celui-ci peut raisonnablement espérer la battre une seconde fois).

Entre autres exemples de cette étonnante bienveillance de l'UMP à l'égard de Madame Royal : le site exprimeo.fr, un des relais de l'UMP sur le net (2), pourrait facilement passer pour ultra-ségoléniste (Hollande et Aubry sont eux régulièrement taclés par ce site, tandis que la mouvance UMP y est à l'honneur - en particulier lorsqu'il s'agit de Jean-François Copé (que "@Linformatrice" semble d'ailleurs aussi couver gentiment ; à l'inverse "elle" n'en rate pas une pour dénigrer la primaire PS).

(2) Denis Bonzy, qui "signe" chaque billet publié sur "exprimeo.fr", fut candidat UMP aux cantonales 2008 (il fut aussi directeur de cabinet d'Alain Carignon (RPR) à la mairie de Grenoble, et son suppléant aux législatives de 1988 ; plus tard conseiller général RPR du canton de Vif de 1989 à 2001).

  

fantomas 2 H80



Conclusion.

L'hypothèse la plus probable concernant "@Linformatrice" est celle d'une manipulation politique, à notre avis issue du camp UMP. Nous invitons tout un chacun à ridiculiser cette tentative de manipulation (l'escroquerie "Sarkozy 2007" suffit...), en pratiquant un désabonnement massif de ce compte (il sera toujours amusant, via la fonction "recherche" sur twitter, de regarder de temps en temps ce que la/le/les pauvre/s cachés derrière "@Linformatrice" pourront inventer pour se rendre intéressants (3)).

(3) Le contenu des tweets de "@Linformatrice" est objectivement sans intérêt (le seul "intérêt" est cette question : "qui parle?"). On trouve 100 fois plus intéressant et surtout 1000 fois plus honnête et sincère (ce qui suinte le plus clairement des "tweets" de "@Linformatrice" est l'hypocrisie) en piochant à droite à gauche sur twitter. Il suffit de chercher un peu, il n'est pas difficile de se constituer une liste de gens intéressants à "suivre".

Nous invitons par ailleurs certains soutiens de Ségolène Royal à ne pas se faire les relais de la propagande UMP, même si celle-ci se trouve occasionnellement favorable à leur candidate pour la primaire PS.

  

fantomas 2 H80

 

***

A lire aussi :

La charte éthique des primaires
 

  

 ******

 

Mise à jour 20/08/2011

   

Suite de l'affaire sur :

[twitter] @Linformatrice démasqué(e) : c'était l'extrême droite