1battle

La Bataille de San Romano (Paolo Ucello, ~1456)


Romain du blog Variae vient de mettre en ligne un brillant article intitulé Primaires, la tentation de la terre brûlée.

A propos des récentes attaques de Ségolène Royal et Martine Aubry envers certains de leurs concurrents à la primaire socialiste, Romain précise :

« ces dérapages sont d’autant plus graves qu’ils viennent des candidats eux-mêmes. Leur provenance "décomplexe" les militants et soutiens de chaque concurrent, qui se sentent alors libres, à leur tour, de dépasser toutes les bornes de la raison et de la bienséance. Puisque l’exemple vient du sommet. »



Pour ce qui est de "dépasser toutes les bornes de la raison et de la bienséance", c'est chose faite depuis longtemps de la part de certains militants, ségolénistes en particulier, sur le net et les "réseaux sociaux"... Certes il n'est jamais trop tard pour ouvrir les yeux sur la stérilité de ces comportement (et y compris dans l'intérêt même de la candidate "défendue"). Comportements dont on trouve une sorte de condensé grotesque ici :



tweets 03
(source)



(les aubryistes, eux, se comportent dans l'ensemble de façon courtoise et civilisée - quant aux montebourgeois, sauf exception ce sont des anges) (1)

(1) Nous rangeant nous-même dans la classe dite des hollandais, aucun commentaire ne sera avancé ici sur le comportement de ces derniers.
 
  

L'argument traditionnellement servi par les ségolénistes pour justifier leur comportement est du genre suivant :

"la droite fera bien pire, si ce/cette candidat/e n'est pas capable d'encaisser les présentes "attaques" venant de son propre camp c'est mal parti"

  

Cet argument est irrecevable. En effet :

   

1. Il existe une Charte éthique des primaires, ratifiée par chacun des candidats à la primaires, où il est clairement spécifié :

« Toute action ou déclaration dénigrant les autres candidat-es est interdite. »

« Les candidat-es s’engagent également à ce que ces principes soient appliqués par les membres de leur équipe et par les militants et sympathisants travaillant pour leur campagne sur le terrain. »

Au bas de la charte il est bien précisé :

« La Haute Autorité enregistrera les candidatures des seul-es candidat-es ayant accepté et signé la présente charte. »


Cette charte, il semble que certains militants aient allègrement décidé de se torcher avec, et ceci apparemment en toute bonne conscience (en tous cas, sans être réfrénés en cela par leur candidat/e favori/te) (2).

(2) Lorsque sur tel "réseau social" on en vient à faire un rappel à la charte, il s'en trouve toujours un pour seriner "la droite fera bien pire", comme si cette charte ethique des primaires s'adressait à l'UMP.

  

2. Comme dit Romain dans son article, une attaque venant de son propre camp est d'une autre nature qu'une attaque venant du camp d'en face. Imagine-t-on une armée qui, en guise d'entrainement et avant de partir à l'assaut, organiserait des combats à balles réelles entre ses propres soldats ? Absurde !

 

Il faut ici rappeler, une fois de plus, les paroles de Vincent Peillon :

« Après le vote d’octobre, tous les socialistes soutiendront le même ou la même candidate : ne le perdons jamais de vue, et travaillons en permanence avec cette perspective, celle de donner de la force à celui ou à celle qui aura été choisi pour lui permettre de remporter la victoire. C’est la seule perspective qui importe. »


Citons aussi Bruno Roger-Petit, qui répondait ceci à une ségoléniste tournant en dérision hier ses tweets positifs à propos de la candidature de François Hollande (3), tandis qu'il assistait à son meeting à Paris :


tweets 01 300
(source)

 

(3) Le journaliste politique Bruno Roger-Petit (qui a par ailleurs amorcé une carrière de grand écrivain - cf. son dernier livre Authentiquement français), a longtemps ouvertement soutenu la candidature de DSK (ce faisant, il ne s'était pas gêné pour attaquer de temps à autre le candidat Hollande). Dernièrement, après une période de flottement bien compréhensible, sa sympathie semblait se porter vers la candidature de Martine Aubry. Ses quelques tweets d'hier soir, postés en direct du meeting de Hollande, sont assez frappants pour quelqu'un ayant suivi les évènements de ces derniers mois : sans doute significatifs d'une réelle montée en puissance de la candidature Hollande.