Sur BFMTV aujourd'hui, matinée presque intégralement consacrée à la visite de N. Sarkozy au Salon de l'agriculture.

On jette un oeil peu avant 9H, alertés par des messages sur twitter accablant la chaine d'information.

 

2012-02-23 BFMTV

(source)

 

A 9H02, étonnante interview d'un des premiers arrivants au salon : il nomme le président de la République « Nicolas » !

 


BFMTV 25/02/2012 9H02 visiteur UMP

 

Dommage que le journaliste Patrick Sauce n'ait pas pensé à demander à ce sympathique visiteur s'il était membre de l'UMP.

 

A 9H34, incroyable question posée à N. Sarkozy :

« François Hollande se gargarise d'aller faire 10 heures au Salon de l'agriculture, qu'est-ce que vous en pensez ? »


BFMTV 25/02/2012 9H34 Hollande "se gargarise"


Question apparemment posée non par une journaliste BFMTV, plutôt par une militante UMP ou/et membre du service de propagande élyséen (contrairement aux journalistes de la chaîne assurant le direct, la poseuse de question n'apparaît pas à l'image).

Question néanmoins fièrement assumée par BFMTV, comme en témoigne cette rediffusion une demie heure plus tard (10H03) :


BFMTV 25/02/2012 10H03 Hollande "se gargarise"

 

On ne sait si BFMTV a pratiqué dans la matinée d'autres diffusions de ce morceau d'anthologie.

Un dispositif spécialement favorable au candidat-Président Sarkozy est-il l'oeuvre sur BFMTV pour cette campagne présidentielle ?

 

2012-02-23 bif_o BFMTV

(source)

 

2012-02-23 BFMTVb

(source)

  

  

Mise à jour

 

Aux dernières nouvelles, la poseuse de question sur le "gargarisme" de Hollande ne serait pas une militante UMP mais Valérie Astruc, journaliste politique à France 2 chargée du suivi de l’Élysée ! ça promet pour la suite de la campagne... A moins que :

 

2012-02-23 BFMTV Astruc1

(source)

 

Dans cette optique, la responsabilité du "gargarisme" incomberait bien à BFMTV, coupable de n'avoir pas coupée la question, et de l'avoir diffusée au moins deux fois dans la matinée.

   

***

A noter que le mot impopularité est apparemment interdit d'antenne sur BFMTV pour qualifier... l'impopularité qui accable N. Sarkozy. Le terme en vigueur sur BFMTV, ressassé maintes fois en cette matinée, est : « désamour ». La courtisanerie peut-elle aller plus loin de la part d'une chaîne dite d'information ?

   

2012-02-23 BFMTVc