Vu les sottises et manipulations issues des vallso-bouvetiens qui fleurissent actuellement sur la laïcité, en vue de la primaire PS, pas inutile de mettre en ligne quelques pages de Vincent Peillon extraites de son livre Conversations républicaines (Denoël, 2011).

  

  • La République n'est ni une mortification ni une secte. Elle est une promesse d'émancipation et de justice. (p. 73)

CuVV2ScXEAADD45

 

  • la République articule ensemble [...] laïcité et sentiment religieux, identité et différences, liberté et égalité (p. 77)

CuVdRJhWcAA0Cta

 

  • Toute doctrine - et la laïcité en est une - court le risque de l'intégrisme et du dévoiement. Ferdinand Buisson, en son temps, a été un des premiers à signaler le risque d'une « orthodoxie à rebours ». [...] cet intégrisme laïc souvent perdure, chez des militants qui la conçoivent comme un substitut à des croyances perdues ou à une identité ébréchée. (p. 89)
  • [...] peu de doctrines portent en elles les éléments qui précisément l'empêchent de devenir ce qu'elle ne doit pas être, un pouvoir sûr de son droit, un catéchisme, un dogme, une orthodoxie. (p. 89)

CuVjUxrWAAASaS5

 

  • Le seul danger que court la laïcité est de ne plus être comprise pour ce qu'elle est vraiment. Quand elle est comprise, elle est admise. Quand on la tord ou qu'on la manipule, on provoque alors, en effet, des réactions de rejet ou de contestation. (p. 90)

CuaCaVYWIAA7-fN

 

CuVV3YNXEAI6iZC

 

***

A lire aussi :

"Coup de boule de Aude Lancelin à la secte Bouvet" (@cyclozu)

"Gilles Clavreul fait pression sur le patron de Bruno Roger-Petit pour le sanctionner" (Cinquième Colonne)

"Le principal site d'extrême droite sait reconnaître ses nouveaux amis" (@barbajojo)