Sans titre9

(source Twitter)

 

La cabale ayant abouti au retrait de la chanteuse Mennel du "télé-crochet" TheVoice (TF1) commence à être documentée.

- Article Télérama.fr, centré sur la télévision (en l'occurrence deux chaînes Bolloré).

- Article BuzzFeed.com prenant en compte les réseaux sociaux, en particulier Twitter où s'illustrèrent les activistes de la "fachosphère" et du "Printemps républicain".

 

Reconstitution d'un épisode de la cabale Mennel sur Twitter : harcèlement ciblé du journaliste Olivier Bénis (France Inter) par les activistes du "Printemps républicain".

La cause : deux tweets, que le journaliste finira par supprimer après des heures de harcèlement, pour s'épargner, selon ses propres dires, « une deuxième journée de tweets haineux, puisque visiblement le harcèlement et les insultes sont devenus les seuls arguments des héroïques défenseurs anonymes de la laïcité. »

Mise à jour.  Olivier Bénis : « Je vous précise tout de même, par souci d'honnêteté, que les messages les plus violents que j'ai reçus n'avaient pas vraiment d'origine "identifiable" donc difficile de les attribuer précisément. »
Ayant suivi la cabale d'assez près le 7 janvier, nous pouvons ici confirmer que les quotes répétés des tweets de Olivier Bénis (voir plus loin) émanaient de comptes "Printemps républicain" (la plupart du temps ne s'affichant pas comme tels comme c'est leur usage : même les plus acharnés vont jusqu'à faire semblant de ne passer là que par hasard).

 

Premier tweet de Olivier Bénis (qui nous a autorisés à diffuser les copies d'écran). Nous sommes le 7 janvier, quatrième jour de la cabale (démarrée le 4 au soir) visant la chanteuse :

PR03

Quelques minutes plus tard, "JOD", sorte de bras droit de Laurent Bouvet (1) sur Twitter, riposte ; suivi quelques minutes après par Amine EL-KHATMI, actuel président du "Printemps républicain".

(1) co-fondateur et ancien président du "Printemps républicain".

Extrait du fil encore en ligne (Olivier Bénis répond à une première réplique de JOD) :

Sans titre554

Note. Le tweet du président du "Printemps républicain" est marqué "J'aime" par Laurent Bouvet.

Olivier Bénis réplique en quotant Amine EL-KHATMI (tweet ultérieurement supprimé par le journaliste) :

PR02

Le président du "Printemps républicain" réplique dix minutes plus tard en quotant le journaliste de France Inter (tweet supprimé assez rapidement par Amine EL-KHATMI - louable repentir).

Sans titre99

(source @cyclozu)

 

Toute l'après-midi les comptes activistes "Printemps républicain" vont s'activer, des quotes de tweets d'Olivier Bénis opérés par différents comptes servant de poteaux indicateurs à la fourmillière. (1)

(1) Les méthodes militantes du "Printemps républicain" sur Twitter, héritées de la "fachosphère", sont basées principalement sur la chasse en meute, le harcèlement d'une cible, ceci par des militants multi-comptes - incluant bon nombre de trolls patentés - qui se RT, quotent, "likent" entre eux. Contrairement à ce que pourraient laisser supposer ses admirables professions de foi, le "Printemps républicain" sur Twitter ne cherche pas à dialoguer mais à intimider, faire taire, détruire l'ennemi désigné.

 

Sautons quelques heures pour arriver en fin de journée.

20H44, JOD quote le journaliste de France Inter qui, on le suppose, en a déjà ras la casquette.

Sans titreJOD77c

Note. Tweet marqué "J'aime" par Laurent Bouvet. A noter aussi une gracieuse réponse par un célèbre membre du "Printemps républicain".

20H52, quote du premier tweet d'Olivier Bénis par un compte Twitter anonyme soutien du "Printemps républicain", parmi les plus acharnés et vicieux - tweet suivi d'un "thread" à la grossièreté révulsante (encore en ligne).

Sans titregg

C'en est trop pour le journaliste de France Inter. A 21H11, un compte remarque que le tweet de Olivier Bénis quoté ci-dessus n'est plus en ligne.

Les différents quotes opérés par la meute du "Printemps républicain", en multipliant les rampes de tir contre Olivier Bénis, auront poussé le journaliste à supprimer ses deux premiers tweets (probablement les plus quotés).

 

Difficile de le nier : les activistes du "Printemps républicain" se sont rendus coupables, sur le réseau social, d'un comportement inapproprié, en l'occurrence le harcèlement ciblé, dont l'interdiction est clairement énoncée dans les règles Twitter :

PR14

Ce comportement inapproprié, lorsqu'il est signalé par un nombre suffisant de comptes, peut entraîner la suspension, momentanée ou définitive, du compte incriminé.

Astuce : on a là affaire à une meute.

***

BONUS : le "Printemps républicain" en mode "j'ai rien fait M. le juge"

Deux jours plus tard, le 9 février (la cabale visant Mennel n'avait pas cessé), on apprit tôt le matin que la chanteuse quittait le "télé-crochet". A 18H48 paraît l'article BuzzFeed.com rendant compte de la cabale, avec quelques exemples de l'implication de la "fachosphère" et du "Printemps républicain" sur Twitter.

Des réactions scandalisées, visant notamment le "Printemps républicain" (PR), se multiplient crescendo durant toute la journée (bien avant parution de l'article BuzzFeed.com, ultérieurement accusé par Laurent Bouvet d'avoir déclenché une attaque contre lui et le PR).

Un phénomène stupéfiant se produisit alors dans la soirée - qui nous a poussé à mettre en ligne ce billet.

Certains militants actifs ou/et pontes du PR tentèrent de minimiser voire nier leur responsabilité dans la cabale ayant abouti à l'abandon de la chanteuse.  

Sans titreLB99

(@laurentbouvet)

Ce que semble contredire ce RT en début de cabale (RT qui a agi comme signal pour les troupes : celles-ci pouvaient y aller franco dans l'hallali contre la chanteuse sur Twitter).

PR8

La page Facebook de Laurent Bouvet recèle aussi quelques signes (6 février, troisième jour de la cabale).

Rebelote 4 minutes après, avec en plus pour les troupes le signal de départ d'un nouveau harcèlement de journaliste : David Perrotin, co-auteur de l'article BuzzFeed.com.

Sans titreLB1

Le lendemain à 11H00, le "Printemps républicain" twitte un communiqué, ainsi sobrement résumé par JOD : 

PR01

 

Sur les comptes Twitter des principaux activistes ou/et responsables "Printemps républicain" (Laurent BouvetJODAmine El-KhatmiNassim SeddikiFrançoise LabordeGilles Clavreul...), figurent toujours les tweets et RT ciblant le journaliste David Perrotin, valant appels à la meute toujours prête à en découdre. Amorcée le soir du 9 février, cette cabale s'est poursuivie le lendemain (entre temps Laurent Bouvet et son fidèle JOD avaient fermé leurs comptes quelques heures, pour inspection des lieux).

 

Mise à jour 17H30

Quelques heures après mise en ligne de ce billet, un ras le bol se fait jour sur Twitter : plusieurs journalistes témoignent avoir été victimes de harcèlement de la part des activistes du "Printemps républicain".

 

***


A lire sur la cabale Mennel :

Mennel, une Française ordinaire (Saïd Benmouffok, Libération .fr)

Zemmour, Mennel et l'anti-France (Claude Askolovitch, Slate.fr)

Mennel quitte The Voice : "une polémique symptomatique des obsessions identitaires de notre pays" (Alban Elkaïm, BondyBlog.fr)

 

Sur le "Printemps républicain" :

Le Printemps Républicain : un cyberharcèlement qui n’en finit plus (Yunes Bel Hadj, LeMuslimPost.com)

Je m'étais promis de ne jamais intervenir à propos du "Printemps républicain" mais... (Geoffroy de Lagasnerie, Blogs.Mediapart.fr)

Réponse à Geoffroy de Lagasnerie (universitaire anonyme, Laurent Bouvet Facts sur Facebook)