Pierre Pica, co-organisateur de la "tournée" de Noam Chomsky en France, et invité sur le plateau de @rrêt sur images, parle de "manipulation médiatique" à propos du "dossier Chomsky" publié dans Le Monde des Livres du 4 juin 2010.

 

chomsky_250

 

Dans un monde où des cohortes d’intellectuels disciplinés et de médias asservis servent de prêtrise séculière aux puissants, lire Chomsky représente un acte d’autodéfense.

(Jean Bricmont)


Le New York Times, qui n’aime guère Noam Chomsky (c’est réciproque), admet néanmoins qu’il compte au nombre des plus grands intellectuels vivants. En dehors des départements de linguistique, et des colonnes du Monde diplomatique, il reste néanmoins ignoré en France.

(Jean Bricmont (avril 2001))

   
Ignoré le plus souvent par les médias dominants français, Noam Chomsky a été élu, en 2005, par les lecteurs du magazine britannique Prospect, « plus grand intellectuel vivant ». Il est un peu, à l’échelle du monde, ce que Jean-Paul Sartre fut à la France des décennies 1950 et 1960 : une référence en matière de pensée critique, de lucidité engagée et de militantisme politique.

(Ignacio Ramonet)

   

***

   

Pour celui qui découvre la fulgurance des analyses politiques de Noam Chomsky, et qui prend en même temps connaissance de sa (logique) célébrité à travers le monde, le fait que Chomsky soit en France totalement inconnu du grand public a quelque chose d'hallucinant, et finalement de suspect.
   
Dan Israel détaillait le 1er juin pour @rrêt sur images la faible répercussion médiatique du très exceptionnel passage de Noam Chomsky en France (28 au 31 mai 2010) :

« l'intellectuel radical, connu pour ses critiques de l'impérialisme américain et de l'insidieuse propagande qui s'exerce dans les médias des démocraties occidentales, a eu droit à une seule télé (tardive), quelques présentations de sa pensée, et un étrange reportage du Monde... resté bloqué devant les grilles du Collège de France. Pas une dépêche de l'AFP, par exemple, n'a cité sa réaction à l'arraisonnement de la "flottille" de soutien à Gaza. Comme une confirmation, au fond, de sa théorie sur "l'auto-refoulement". »

   

Cet « étrange reportage du Monde » cité par Dan Israel, signé Jean Birnbaum, traitait principalement d'histoires de grilles et de couloirs en évitant même de loin d'évoquer la pensée de Chomsky. Une enquête détaillée signée Jean-Jacques Rozat (membre du Collège de France et l'un des organisateurs du colloque) révèle que le noble représentant du Monde avait trouvé portes closes en revenant après déjeuner : sans doute avait-il jugé plus digne de sa fonction d'aller se sustenter dans un restaurant (le journal remboursant d'ailleurs ses notes de frais) plutôt que de partager les sandwichs gracieusement offerts aux participants du colloque.

Jean Birnbaum livra quelques jours plus tard pour Le Monde des Livres un long article intitulé : Chomsky à Paris : chronique d'un malentendu.

Contrairement à ce que laisse croire le titre, cet article ne consiste pas à expliquer un « malentendu » entre Chomsky et la France (ou inversement) : mais bien à tenter de justifier le (suspect) déficit de notoriété de Noam Chomsky en France. Et toujours rien sur les lumineuses analyses de Chomsky, sur les médias, ou, sujet d'actualité, sur Israël et les USA...

On finit par apercevoir dans l'article quelle est sans doute, pour le journaliste du Monde, la grande faute de Chomsky :

« il a refusé d'intégrer à [son] programme un entretien avec Le Monde... »

Alors qu'il allait discuter avec des lycéens à Clichy ! Quel inconscient !

      

chomsky_180

   

Invité sur le plateau de @rrêt sur images pour une émission mise en ligne le 4 juin, Pierre Pica, co-organisateur de la "tournée" de Chomsky en France, contredit l'affirmation de Jean Birnbaum (vidéo 3 à partir de 3'30) :

« Noam actuellement a des problèmes avec ses cordes vocales. Nous avions des consignes, surtout moi en fait, me disant : "il ne faut pas qu'il parle trop". Donc je me suis permis d'envoyer aux gens qui demandaient des interviews, des lettres leur disant : "écoutez on va vous aider, mais essayez de préparer ces interviews par écrit à l'avance". [...] Cela s'est fait dans certains cas, par exemple il y a un très bon interview qui va sortir dans La Recherche, où cela a été préparé par écrit, et on a demandé ensuite à Noam, [par exemple] par téléphone, d'éclaircir certains points qui n'étaient pas clairs pour nous. C'était possible de le faire.
   
[...] [Jean] Birnbaum m'a contacté. [...] [Quand] il dit : "Noam Chomsky a refusé un interview au Monde", moi je ne suis pas du tout d'accord, dans la mesure où il m'a envoyé un mot, et ce que je lui ai dit c'est : "je m'excuse, mais les conditions de santé de Noam ne permettent pas de faire ça, et donc je vous demande d'envoyer un certain nombre de questions que nous allons lui transmettre, et à partir de ces questions on travaillera". Il m'a envoyé une lettre très sèche en me disant : "j'ai mes propres canaux je vais m'en sortir tout seul, je n'ai pas besoin de vous". Je lui ai dit "bon ben à ce moment là débrouillez-vous tout seul". Ce qu'il a fait en m'envoyant un second courrier électronique quinze jours après, en me disant : "qu'est-ce que vous pouvez faire pour moi". »

 

L'affirmation de Jean Birnbaum dans son article du Monde, était donc sujette à caution. Se pourrait-il que Le Monde, théoriquement "journal de référence", soit ainsi capable via tel ou tel article (par exemple politique), de travestir la réalité des faits ?

Ce n'est pas tout : plus loin (vidéo 4 à 8'40), Pierre Pica dévoile la rouerie de la présentation faite par Jean Birnbaum, dans le dernier chapitre ("Platon et Orwell") de son article du Monde, d'un "lien supposé entre la linguistique et la politique chomskiennes" (pour résumer : Birnbaum laisse supposer qu'il subsiste sur ce sujet une indécision chez Chomsky ou chez ses disciples (en l'occurrence Pierre Pica), alors que d'après Pierre Pica elle n'existe que dans le cerveau de Jean Birnbaum). Ce chapitre tordu (et trompeur) est manifestement tricoté pour conclure l'article de façon défavorable à Chomsky.

      

A propos d'un autre article du Monde, cette fois signé Patrice Maniglier et intitulé Le savant et le militant, un petit "&" énigmatique (article qui s'évertue comme celui de Jean Birnbaum, par la mise en avant d'un supposé "lien entre la linguistique et la politique" chez Chomsky, à faire passer ce dernier ainsi que ses disciples pour des gens finalement hésitants et/ou peu rigoureux), Pierre Pica va jusqu'à déclarer (vidéo 4 à 14'00) :

« de mon point de vue on est vraiment dans le cadre de la manipulation médiatique. »

   

Invité sur le même plateau de @rrêt sur images, Daniel Mermet affirme, à propos du traitement médiatique réservé à la visite de Chomsky en France (vidéo 3 à 5'50) :

« Je respecte tout à fait ce que dit Pierre Pica, mais la raison de cette couverture [médiatique] réduite [...] : le monde intello-médiatique français, qui est visé - et comment! - par Chomsky, et par la "mouvance chomskyenne" française, l'a boycotté et puis voilà tout ! Il faut quand même bien dire les choses ! Mon interprétation c'est celle-là. Je me suis bien trompé, car je pensais que la visite de Chomsky [...] allait être un grand moment, un évènement etc. C'est un évènement, mais qui n'a pas une portée médiatique. »
       

  • « Chomsky [le politique] pratique avant tout et principalement le désenfumage (discipline rendue hautement nécessaire en France depuis 2007 et l'élection de qui l'on sait) : il devrait être immensément populaire ici. Or il est totalement inconnu du grand public ! A l'occasion de sa venue en France de larges extraits de ses bouquins politiques auraient du être publiés dans les magazines. Mais non il faut continuer à se taper la prose moisie des Alain Duhamel (celui-là jusque dans Libération) et compagnie... » (contributeur anonyme)

   

Notons que le dossier Chomsky du Monde des livres comportait aussi un entretien avec Jean-Claude Milner (propos recueillis par Jean Birnbaum) : ce fameux "penseur incontestable" selon Elisabeth Roudinesco, qui avait un jour taxé tel livre de Bourdieu de "antisémite".

Le "penseur incontestable" conclut l'entretien par cette affirmation à propos de Chomsky :

"Le moindre gauchiste européen des années 1970 a une expérience politique plus ample et une réflexion plus sérieuse."

On le voit, la qualité de "penseur incontestable" est compatible avec un entier mépris de la vraisemblance.
   
   

Dernière minute : Pierre Pica précise, sur le forum de @rrêt sur images :

« A ceux qui s'interrogent sur les propos des trois dossiers du Monde des livres - je peux leur affirmer qu'il contient de nombreuses absurdités, et que je demanderai un droit de réponse (sans savoir si celui-ci me sera accordé) »

      

   

chomsky_180

   

   

Mise à jour 07/06/2010

    

Deux articles d'envergure sur ce décidément très douteux "dossier Chomsky" du Monde des Livres : le premier signé Jean-Matthias Fleury (membre du Collège de France et co-organisateur du colloque du 28 mai dernier, organisé en l'honneur de la venue de Chomsky en France) ; le second signé Thierry Discepolo (intervenant au colloque du Collège de France, et co-fondateur et directeur de la maison d'édition Agone, qui compte plusieurs opus de Chomsky à son catalogue).

Chomsky était à Paris : circulez ! Il n’y avait rien à voir !, par Jean-Matthias Fleury (Agone)

Les haines de l’avant-garde intellectuelle parisienne : Noam Chomsky face au Monde, par Thierry Discepolo (Article XI)


(cliquer sur les liens)

   

Dans l'article de Thierry Discepolo on apprend notamment ceci :

« André Schiffrin a rédigé une mise au point tout à fait claire sur la manière dont [Jean] Birnbaum a trafiqué ses propos [12] »

« [12] André Schiffrin est l’un des principaux éditeurs américains de Noam Chomsky. Dans son droit de réponse au Monde (non paru), il précise notamment que, devant Birnbaum, il n’a jamais évoqué, à propos de Chomsky, l’idée « d’une pensée éparpillée, superficielle » ; mais surtout, sur l’« affaire Faurisson », il rappelle que l’accusation est absurde et qu’elle a été utilisée par les intellectuels français pour éliminer durablement la traduction des livres de Chomsky; enfin, Schiffrin critique la manière dont Birnbaum a déformé l’ensemble de ses propos afin de donner l’impression qu’ils sont d’accord. » 

 
Dans l'article de Birnbaum pour Le Monde on pouvait en effet lire :

« Editeur new-yorkais et ami de Chomsky, André Schiffrin est de ceux qui regrettent cette dispersion : "La multiplication des pamphlets à bas prix donne l'impression d'une pensée éparpillée, superficielle" »

      

   

chomsky_180

   

   

Mise à jour 30/06/2010

   

Droit de réponse d'André Schiffrin au Monde, (non publié par Le Monde) :

« Je m’oppose fermement à la manière dont vous avez utilisé et déformé mes propos. » Lettre d’André Schiffrin à Jean Birnbaum (Agone)

   « Vous avez complètement ignoré les propos où je déplorais les prises de position françaises envers Chomsky et le refus de publier ses livres pendant de nombreuses années. De plus, les très brefs extraits de notre longue discussion ne sont pas seulement sortis de leur contexte mais ils sont inexacts. »

« J’ai été choqué par la manière dont les éditeurs français se sont servis [de] l’affaire Faurisson pour éviter de publier les livres de Chomsky pendant plus de dix ans. Des ouvrages qui étaient vendus dans tous les autres pays. »

« (...) je m’oppose fermement à la manière dont vous avez utilisé et déformé mes propos pour donner l’impression que j’étais d’accord avec vous en quoi que ce soit. Je tiens vos pratiques pour tout à fait immorales et déplore que Le Monde n’ait pas de forum pour corriger ce que vous avez fait. »

 

Article récapitulatif signé Laurent Dauré :

Entre silence et hostilité : les médias « accueillent » Chomsky à Paris (Acrimed)

 

   

chomsky_180

    

   

Mise à jour 07/07/2010


Droit de réponse de Pierre Pica au
Monde (non publié par Le Monde) :

Réponse de Pierre Pica aux dossiers du "Monde des livres", à propos de la visite de Noam Chomsky à Paris (envoyé à la rédaction du Monde le mercredi 23 juin) (Chomsky.fr)

   

Récapitulatif signé Laurent Doré (suite) :

Chomsky à Paris (suite) : les bidouillages du Monde des livres (Acrimed)

« La capitainerie du Monde sait bien qu’elle peut se permettre (cyniquement) d’ignorer les demandes de droit de réponse car les protestations et les textes de mise au point paraîtront sur des médias à l’audience bien moindre que celle du « quotidien de référence », ce dernier pouvant ainsi conserver un semblant de respectabilité auprès des personnes qui ne consultent pas ces médias alternatifs. »

« Après ce relevé de pratiques « tout à fait immorales » et cette correction des « plus flagrantes bêtises », on se demande non sans anxiété ce qui reste de l’article de Jean Birnbaum… hormis un dossier à charge qui, à grand renfort de « bidouillages » parvient à transformer en témoins de l’accusation ceux qui la réfutent. »

   

chomsky_180

 

******

A lire aussi :

Histoire du journaliste au « Monde des livres » qui n’aimait pas les sandwiches, par Jean-Jacques Rosat (Agone)

Noam Chomsky et les médias français, par Arnaud Rindel (Acrimed)

Noam Chomsky, encore quasi inconnu en France : à qui la faute ?

 

Pour se familiariser avec Noam Chomsky :

Noam Chomsky 1/2 Celui qui dit la vérité (VOstFr) - vidéo

La fabrication du consentement - Noam Chomsky et les médias, Partie 1/9 (VOstFr) - vidéo

Chomsky, Plus Que Jamais! (Sébastien Fontenelle - Vive le feu!) (extraits du livre Etats manqués de Noam Chomsky)

Noam Chomsky, les USA et Israël (extraits du livre Comprendre le pouvoir de Noam Chomsky)

Extraits du livre L'ivresse de la force de Noam Chomsky

CHOMSKY.fr

Noam-Chomsky.fr

 

Billet également publié par Agoravox